Logo CMS

LaRegion.fr
Jeudi 24 Juillet 2014

Séance plénière du Conseil Régional Conseil régional - Le 29 novembre 2010

photo actu
Conseil Régional - Bourquin

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Près de 25 millions d’euros pour le Pôle chimie Balard

Afin de développer la compétitivité, l’attractivité et le dynamisme de son territoire, la Région a décidé de miser sur l’innovation et l’économie de la connaissance en s’appuyant notamment sur son potentiel d’enseignement supérieur et de recherche reconnu internationalement. Dans ce cadre, la Région a décidé de soutenir le projet Université Montpellier Sud de France, université pluridisciplinaire de rang mondial dans le cadre de l’Opération Campus, constitué de six pôles d’excellence (agronomie-environnement, biologie-santé, chimie, mathématiques-informatiquephysique-structures et systèmes, eau, sciences humaines et sociales).

Depuis 2004, la Région a déjà apporté plus de 18 M€ pour le développement du Pôle chimie Balard : opérations immobilières, développement de la compétitivité des laboratoires, grands plateaux techniques GEPETOs…

Aujourd’hui, la Région a voté un premier engagement financier de près de 25 M€ pour la construction du Campus Balard, un ensemble immobilier de plus de 35 000 m2 qui sera implanté au nord de Montpellier, sur le site qui accueille déjà l’Institut Européen des Membranes. D’un coût total de 103 M€ (entièrement financé par la Région), le futur Campus permettra de fédérer et de structurer des compétences en recherche, formation, valorisation et transfert de technologie au service d’une nouvelle chimie pour le développement durable.

Le Pôle Balard, un des pôles d’excellence de l’Université Montpellier Sud de France, regroupe :

  • 730 personnes travaillant au sein de quatre Instituts de Recherche : Institut de Chimie Moléculaire et des Matériaux Charles GERHARDT (ICGM) - Institut des Biomolécules Max MOUSSERON (IBMM) - Institut Européen des Membranes (IEMM) - Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM).
  • 180 doctorants inscrits dans l’Ecole Doctorale «Sciences Chimiques»
  • 720 étudiants accueillis dans des cursus Ingénieur ou Master (ENSCM, Polytech, Universités Montpellier 1 et Montpellier 2) qui proposent une offre de formation construite en partenariat avec les entreprises du secteur de la chimie, assurant une insertion professionnelle rapide.

La Région souhaite que le Campus Balard soit réalisé dans les meilleurs délais. Elle va solliciter l’Etat pour assurer la maîtrise d’ouvrage de l’opération.

 

EAU

La Région soutient le développement du Pôle de compétitivité Eau à vocation mondiale

En mai 2010, le Comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire a délivré au cluster eau, né en février 2008, le label de « pôle de compétitivité à vocation mondiale ». Le cluster eau, avec qui la Région a signé un contrat de filière AGIR, est ainsi devenu le pôle mondial de l’eau basé à Montpellier et couvrant deux autres régions (PACA et Midi-Pyrénées) en plus du Languedoc-Roussillon.

Dès son origine, le cluster eau a regroupé Veolia Environnement, la compagnie Bas Rhône Languedoc (BRL), le réseau d’entreprises Swelia (80 PME et PMI), l’Institut fédératif de recherche IFR ILEE (Institut languedocien de recherche sur l’eau et l’environnement) et l’association VERSeau Développement.
La gouvernance du pôle n’a pas encore été organisée. L’activité du cluster, en tant que commission de gouvernance transitoire du pôle, va se poursuivre jusqu’au 31 décembre 2010 et disparaîtra de facto dès le dépôt des statuts et l’installation dans de nouveaux locaux. Pour l’heure, le cluster eau maintient son hébergement au sein de VERSeau Développement et bénéficie de la mise à disposition de personnel de cette association. La Région a donc décidé d’attribuer une subvention de 60 000 € à cette association pour le plan d’actions du cluster eau sur le second semestre 2010 au titre de la mise en place du pôle de compétitivité eau à vocation mondiale.

Le Pôle de compétitivité eau réunit une communauté scientifique de plus de 1 000 chercheurs publics, dont plus de 600 en Languedoc-Roussillon. Trois axes stratégiques tournés vers les écotechnologies, ont été retenus par le pôle mondial de l’eau :
> l’identification et la mobilisation des ressources, eaux de surface et souterraines,
> la gestion concertée des ressources et des usages,
> la réutilisation des eaux de toutes origines.

La Région Languedoc-Roussillon a l’ambition de jouer un rôle majeur dans ce pôle : impulsion de projets, convergence des efforts entre les régions impliquées, et rayonnement international.

 

FORMATION PROFESSIONNELLE

Quatre nouveaux CFA créés au 1er janvier 2011

Consciente et persuadée que former est indispensable pour l’insertion dans la vie professionnelle, la Région consacre cette année 220 millions d’euros à la formation professionnelle et à l’apprentissage. 80% des apprentis trouvent un emploi en Languedoc-Roussillon à l’issue de leur formation. La Région s’est fixée l’objectif de 20 000 apprentis à l’horizon 2015, ce qui permettra de répondre en partie aux besoins de main d’oeuvre qualifiée des entreprises locales. Afin de répondre à cet objectif, quatre nouveaux CFA vont être créés au 1er janvier 2011 :
> le CFA des métiers territoriaux du Languedoc-Roussillon, qui permettra l’accueil d’apprentis dans la fonction publique territoriale.
> le CFA de l’Ecole des Mines d’Alès qui proposera deux diplômes d’ingénieur
> le CFA de l’Education nationale de l’Hérault et le CFA de l’Education nationale du Gard qui permettront de fédérer l’ensemble des formations par apprentissage réparties dans les lycées publics de l’Hérault et du Gard.

Il y aura ainsi au total 44 CFA en Languedoc-Roussillon qui offrent plus de 370 formations différentes par apprentissage.

Améliorer les équipements pédagogiques

La qualité des formations dépend aussi de celle des équipements et des conditions d’accueil dans les organismes de formation. La Région a décidé de consacrer 3,5 M€ pour la construction, la modernisation et les équipements dans les CFA. Cet investissement permettra notamment :
> la construction d’un internat de 40 lits au CFA BTP de Méjanne-lès-Alès,
> la restructuration des ateliers carrelage et métallerie et la construction d’une halle des sports au CFA BTP de Montpellier,
> la création de salles de cours, la réhabilitation d’ateliers, les travaux d’entretien, l’achat de mobiliers et de différents matériels pédagogiques au sein des CFA de la Région.

 

Nouveau : des marchés à bons de commandes pour plus d’efficacité

Dans le cadre de l’une de ses compétences obligatoires, la Région a pour mission de mettre en place des dispositifs de formation professionnelle pour faire face aux disparités sociales et économiques de leur territoire avec un objectif : le développement et l’accès à l’emploi.
Deux programmes régionaux répondent à cet objectif :
> les actions préparatoires à l’insertion (API) pour les demandeurs d’emploi pour lesquels il est nécessaire de conforter les savoirs de base et de construire un projet professionnel cohérent.
> Le programme régional qualifiant (PRQ) pour tout demandeur d’emploi ayant besoin d’acquérir des compétences professionnelles validées par un diplôme pour réussir leur projet professionnel.

Pour être plus efficiente et réactive par rapport aux besoins de formation identifiés par secteur, niveau de diplôme et bassins d’emploi, la Région a décidé de modifier son mode de passation de ces marchés.
Il s’agit désormais de marchés à bons de commande. Particulièrement important, ce changement modifie les relations avec les organismes de formation, les branches professionnelles et renforce la proximité, la souplesse et la réactivité face aux dynamiques locales.

 

RECHERCHE

Soutien à la structuration de la recherche : renouvellement des membres du comité Arago

Le Conseil Régional du 3 mai 2005 a approuvé la création du Comité Consultatif Régional de Recherche et de Développement Technologique, dénommé Comité ARAGO, auprès du Conseil Régional Languedoc-Roussillon.
Le Comité ARAGO, présidé par Michel Demazure, est l’instance où s’expriment au niveau régional, les communautés scientifiques et universitaires ainsi que les acteurs économiques et sociaux, permettant ainsi de faire remonter les besoins scientifiques, technologiques et de formation des différents secteurs d’activités.

Ce Comité assure un rôle de réflexion et de propositions auprès de la Région et participe donc à la mise en oeuvre effective de la politique de recherche, de développement technologique et d’enseignement supérieur.
Dans le cadre de l’appui stratégique et financier aux grands projets qui révolutionnent le monde académique et scientifique (opération Campus, fusion des 3 Universités de Montpellier et investissement d’avenir), la Région renouvelle les mandats des membres des trois Collèges qui composent ce Comité pour une plus grande efficacité et un meilleur accompagnement de la Région dans les choix importants qu’elle devra faire durant les quatre prochaines années.

 

AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

La Région participe à la préservation du foncier dans les terres irriguées

Avec Aqua Domitia, la Région s’est donnée pour grande ambition de fournir une ressource sécurisée en eau du Rhône qui permettra que le développement agricole, démographique et économique du Languedoc-Roussillon se poursuive. La Région a confié la réalisation de ce grand projet à la compagnie Bas Rhône Languedoc (BRL).
Aujourd’hui, les territoires irrigués représentent seulement 10% de la surface agricole régionale et les agriculteurs sont nombreux à inscrire l’avenir de leurs exploitations et de leurs entreprises dans le développement de nouveaux réseaux d’irrigation. Paradoxalement, BRL constate dans ces territoires irrigués une inquiétante diminution du nombre d’abonnements. Trois causes sont à l’origine de ce phénomène : la crise arboricole et viticole, la cabanisation dans les zones péri-urbaines et la spéculation foncière.

Particulièrement attentive au fait que la maîtrise du foncier est un des enjeux déterminants de l’agriculture, la Région demande à BRL de mener une politique d’achat ciblée dans les zones irrigués.
Les territoires présentant la meilleure valeur agronomique et les risques les plus importants d’abandon de l’activité agricole seront privilégiés par BRL, qui travaillera en partenariat avec la SAFER, opérateur foncier naturel pour ce type d’opération. L’objectif étant d’optimiser les achats fonciers sur des périmètres irrigués stratégiques pour favoriser l’installation et le développement des exploitations agricoles.

 

INTERGENERATION

La Région adopte le plan senior

La France connaît une forte accélération de son vieillissement : en 2005, les personnes âgées de plus de 60 ans représentaient 20,8 % de la population. En 2035, elles seront 30%. Le Languedoc-Roussillon devrait connaître un vieillissement de sa population plus accentué encore qu’au niveau national. En effet, en 2007, le Languedoc-Roussillon comptait 491 000 personnes âgées de plus de 65 ans (soit 4,8 % de la population régionale). En 2030, elles représenteront un quart de la population régionale, soit 820 000 habitants.
Face à cet important vieillissement, il est important d’adapter les politiques aussi bien en matière de logement, d’accessibilité, d’aménagement du territoire qu’en matière d’éducation, de formation, de culture ou encore de santé des jeunes. La Région a décidé de se
mobiliser pour améliorer la qualité d’accompagnement du vieillissement. Pour cela, elle met en place le plan senior, qui repose sur trois grands axes avec un objectif : « vivre ensemble plus longtemps en jouissant de l’ensemble de ses capacités ».

> L’accessibilité
Depuis 2005, la Région a montré sa volonté de favoriser l’accès aux personnes handicapées aux bâtiments et aux services qu’elle met en oeuvre. Cette volonté s’est traduite dans les travaux d’accessibilité des lycées, des Maisons de la Région, des TER, des gares mais également d’une partie du patrimoine régional, de sites, de plages, de ports de plaisance, de parties communes des logements sociaux… Ces actions permettent aux personnes handicapées mais aussi aux personnes âgées en perte d’autonomie un accès à la vie sociale et aux services.
Pour poursuivre cette politique, la Région souhaite :

  • accentuer le développement de l’intermodalité des transports pour permettre l’accès des gares et des aéroports aux personnes à mobilité réduite par le biais de transports adaptés.
  • poursuivre le soutien spécifique apporté aux associations de malades psychiques pour favoriser leur intégration sociale.
  • soutenir la prise en compte du vieillissement et du handicap au travers des formations offertes par la Région aux ligues et associations sportives.
  • participer à la réalisation pour les personnes âgées les plus modestes, d’études sur les adaptations nécessaires de leur logement parallèlement à l’évaluation de l’aide personnalisée à l’autonomie.
  • participer, dans la continuité de la convention signée avec la CAPEB le 16 mars 2006 pour favoriser l’habitat adapté, à la réalisation d’un ou plusieurs logements accessibles par parc de logements publics en rez-de-chaussée si l’immeuble est dépourvu d’ascenseur.
  • participer au développement d’une gestion coordonnée par les organismes HLM de l’occupation des logements accessibles et éventuellement une bourse de logements.
  • prendre en compte les besoins des personnes âgées dans leur environnement de proximité : faciliter les déplacements par l’adaptation de la largeur des trottoirs, l’implantation de bancs, de rampes d’accès, la création de passages piétons adaptés…

> L’aménagement du territoire
Pour corriger les inégalités territoriales et prendre en compte le vieillissement de la population, la Région a décidé :

  • la mise en place d’une politique des transports adaptée, intégrant pleinement les questions d’accessibilité et d’intermodalité.
  • le développement du réseau haut-débit, qui facilite, par la couverture de l’ensemble du territoire régional, la mise en réseau et la coordination des professionnels du soin, de l’aide à domicile, des établissements, des personnes âgées et de leur famille.
  • la poursuite de la construction des maisons de santé de proximité qui permettent d’offrir une activité de soins coordonnée dans les zones où la population est en diminution et qui concentre un pourcentage important de personnes âgées de plus de 75 ans.
  • le financement, à titre expérimental, d’une plate-forme d’aide au maintien à domicile des personnes âgées.
  • le soutien au maintien des commerces de proximité, qui stimulent une vie sociale locale.

> Formation, recherche et accompagnement relatifs au vieillissement
En 2015, il faudrait créer 345 000 emplois pour l’accompagnement des personnes âgées dépendantes. C’est pourquoi, la Région s’engage résolument dans la mise en oeuvre d’une réponse adaptée à cette évolution. En charge de la formation professionnelle, elle va développer les formations dans le secteur sanitaire et social.

Les efforts de recherche doivent s’accentuer pour comprendre les liens de causalité entre vieillissement physiologique et atteintes pathologiques pour permettre une détection précoce des troubles et également l’amélioration de l’accompagnement des professionnels sur des recherches plus opérationnelles comme les interactions entre activités physiques et retard des métabolismes du vieillissement.

La Région multiplie également les actions conduites auprès des personnes âgées :

  • soutien à l’Association régionale des Comités départementaux des retraités et personnes âgées qui organisent des conférences sur le vieillissement qui invitent à la prévention et au dépistage médicale.
  • formation des aidants familiaux pour la prise en charge et l’accompagnement de la dépendance.
  • Développement de points écoute. Comme elle le fait à destination des jeunes, la Région souhaite proposer un service d’écoute à destination des personnes âgées et de leur famille en mal d’accompagnement.